Présentation >> Historique


Du Fonds de Contrepartie Sénégalo-Suisse ...
Créé dans le cadre d’un accord de réduction de dette signé le 4 juillet 1994 entre les gouvernements suisse et sénégalais, le Fonds de Contrepartie Sénégalo-Suisse fut l’un des douze fonds issus du programme suisse de désendettement créatif. D’un montant total de 1,9 milliards de francs CFA , il était destiné au financement des Systèmes Financiers Décentralisés (SFD) et à la promotion des micros, petites et moyennes entreprises au Sénégal.

Il a connu deux grandes phases dans son fonctionnement :

  • la première, de 1995 à 1998 durant laquelle seuls des crédits directs ont été accordés, au profit de promoteurs individuels et de micro et petites entreprises intervenant essentiellement dans le secteur primaire. Au total, 17 projets ont été financés pour une enveloppe globale de 169 623 262 FCFA . Le taux de recouvrement pour ces projets de la première phase est d’environ 70%.

  • La seconde phase, de 1998 à 2007, basée sur le principe de l’octroi de lignes de crédit à des intermédiaires financiers de type Systèmes Financiers Décentralisés. Un total de 32 lignes de crédit ont été accordées pour une enveloppe globale de 1 617 715 420 FCFA . Ce montant se répartit en 1 540 932 600 FCFA de lignes de crédit et 76 782 820 FCFA de subventions pour la formation et l’appui institutionnel.


  • Ces lignes de crédit ont permis d’octroyer près de 6 000 prêts dont les montants varient entre 10 000 et 12 000 000 F CFA, et de toucher au total plus de 25 000 personnes. Pour cette deuxième phase, le taux de recouvrement est de 92%.

    Le FCSS a toujours joui d’une bonne réputation dans le système de l’intermédiation financière et de la microfinance du Sénégal.

    L’évaluation à mi-parcours du FCSS réalisée en 2001 souligne l’originalité et l’efficacité de sa démarche qui se caractérise notamment par une forte implication des différents organes (Secrétariat Exécutif, Comité Technique et Comité Bilatéral) dans le processus de sélection des projets, un capital disponible, un choix pertinent des bénéficiaires et une flexibilité des conditionnalités. Cette combinaison d’atouts s’est fait ressentir au niveau des bénéficiaires. En effet, un impact positif a été constaté sur leurs conditions de vie, se traduisant par une augmentation de leur volume d’activités, de leurs revenus et de leur niveau d’épargne. L’impact positif provient également des subventions accordées qui ont permis la formation de leaders d’organisations à la gestion et la mise en place d’outils de gestion.

    … A la Fondation Sen’Finances

    Cependant, l’un des concepts clés du programme de désendettement créatif lancé par la Suisse en 1991 prévoyait le désengagement du dispositif opérationnel du Fonds environ dix ans après sa mise en place.


    C’est la raison pour laquelle les différents acteurs s’étant accordés sur le principe de pérenniser l’expérience du FCSS ont été amenés à réfléchir sur son avenir institutionnel, tout en tenant compte des forces et faiblesses relevées dans son fonctionnement.


    Ces réflexions ont conduit à la décision de pérenniser l’expérience du FCSS en mettant sur pied une fondation d'utilité publique: la Fondation Sen'Finances.
    Pour poser les bases de la Fondation, les deux Gouvernements se sont entendus sur un nouvel accord signé le 22 juillet 2004, portant sur le transfert des ressources du FCSS à Sen'Finances.
    La Fondation Sen'Finances a, outre l'Etat sénégalais, sept autres membres fondateurs parmi lesquels les institutions qui étaient représentées au sein du Comité Technique du FCSS.

    La Fondation Sen’Finances se conforme aux exigences légales et réglementaires en vigueur et exerce ses activités sous la tutelle administrative et technique du Ministère de l’Economie et des Finances. Elle a été reconnue d’utilité publique par le Décret N° 2007-959 signé le 7 septembre 2007par le Président de la République du Sénégal.